Blog

Devenez un manager exceptionnel

Posté par:

Cinq années de recherches ont permis de définir les pièges à éviter mais aussi les bouées de sauvetage sur lesquelles s’appuient des managers hors du commun. En quoi sont-ils exceptionnels ? Et quelles leçons en tirer pour vous distinguer à votre tour ? Réponse en douze points.

Pour être un bon manager, c’est comme pour beaucoup de domaines, on peut avoir des prédispositions qui font que l’on a des qualités pour exercer la fonction. Néanmoins, il est important d’apprendre des attitudes qui vous permettront de vous différencier en devenant un manager exceptionnel. Vous vous demandez peut-être quelle est la différence entre un bon manager et un manager exceptionnel ? La réponse est simple, ce dernier est passé maître dans l’art d’éviter les écueils.

Dans le livre Rick Delbridge, Lynda Gratton & Gerry Johnson. The Exceptional Manager, Oxford University Press, 2006, trois chercheurs ont défini trois pièges :

  • les demandes excessives,
  • les limites ingérables
  • les choix inexploités.

Éviter de tomber dans ces pièges est une chose, s’en dépêtrer quand on a malgré tout gaffé est une autre paire de manches. Heureusement, les auteurs ont prévu douze bouées de secours, dont certaines assez surprenantes.

Piège n°1 : les demandes excessives

devenir-managerDe nombreux managers sont pris au piège d’une multitude d’attentes dont ils n’arrivent pas à se dépatouiller. Le travail quotidien est tellement prenant qu’ils n’ont plus le temps de réfléchir ou de se fixer des priorités.

Résultat : ils perdent la notion des tâches vraiment essentielles, prestent de plus en plus d’heures supplémentaires, pour n’obtenir en fin de compte que de maigres résultats.

En guise d’exemple, les auteurs détaillent une semaine cauchemardesque de Jessica Spungin, associé principal chez McKinsey : elle prend l’avion pour New York le dimanche soir, pour participer à une réunion le lundi. De là, elle se rend à Tel Aviv pour dîner avec un client. Elle rejoint New York pour un entretien avec un cadre de McKinsey, avant de rentrer à Londres le vendredi soir. Pas étonnant que cette superwoman soit sur les genoux à la fin de la semaine, qui plus est rongée par le sentiment de n’avoir rien fait.

1.   Fixez un agenda personnel explicite

Les managers submergés doivent avoir une idée précise de ce qu’ils veulent accomplir. Jessica Spungin ambitionne de devenir partenaire ? Elle doit donc apprendre à planifier sur le long terme, de un à cinq ans, et non de trois à six mois.

2.   Pratiquez le slow management

Le slow management signifie restreindre les demandes, les classer par ordre de priorité et les organiser en conséquence. Bon nombre de managers ont tendance à surestimer le nombre de demandes, parce qu’ils refusent de comprendre que quantité de leurs occupations relèvent de choix plutôt que de réelles demandes.

3.  Structurez les contacts avec vos collaborateurs

Les managers submergés ont tout intérêt à limiter le temps consacré à leurs subordonnés. Nombreux sont les managers qui pensent, à tort, qu’un bon patron doit toujours être disponible pour ses collaborateurs.

4.   Gérez les attentes des autres

Les jeunes managers se préoccupent trop de savoir s’ils répondent à ce qu’on attend d’eux. Ils attachent trop d’importance aux feedbacks des autres pour être sûr de donner satisfaction. Et ils échouent en fin de compte, concluent les chercheurs, parce qu’ils n’ont plus le temps de mener à bien leur propre agenda.

Piège n°2 : les limites ingérables

De nombreux managers se sentent coincés dans un carcan de règles et de limites, et finissent par croire qu’ils n’ont pas assez d’autonomie pur agir efficacement. Comme l’explique un manager anonyme : « Le simple fait d’assurer le travail quotidien dans l’entreprise nous confine, mes collaborateurs et moi, à nos limites. Personne n’est disposé à nous donner plus de moyens. Cela nous permettrait pourtant de limiter les erreurs. »

1.   Faites la liste de vos limites

Pour surmonter les limites, il faut d’abord avoir une vue d’ensemble précise de l’ensemble de ces restrictions. Le manque de moyens est un peu trop facilement invoqué, constatent les auteurs. Appliquez la technique du saucissonnage : il est plus facile de surmonter une petite limite, clairement définie, plutôt qu’une limite importante vaguement formulée.

2.   Acceptez le principe des concessions

Toutes les limites ne peuvent être surpassées. Si la direction générale fixe comme objectif de réduire les coûts annuels de 4%, il n’y a pas à discuter. Les managers exceptionnels font la différence entre les must-haves et les nice-to-haves et, à partir de là, mettent tout en œuvre pour atteindre les objectifs essentiels.

3.   Enfreignez les règles avec discernement

Voici la bouée probablement la plus intéressante. La plupart des managers respectent les règles et les procédures à la lettre et sont, de ce fait, interchangeables. Les managers exceptionnels, eux, ne les respectent pas, tout en faisant preuve de discernement : ils acceptent les principales règles formelles mais font montre de laxisme vis-à-vis de certaines règles -plus informelles-, de manière à se ménager une certaine marge de manœuvre.

4.   Acceptez les conflits et l’ambiguïté

La grosse majorité des managers essaient d’éviter les conflits, ce qui prend du temps. Mais cette paix apparente a un prix : elle se traduit par un manque de liberté positive pour agir. Un conflit permet parfois de débloquer une situation.

Piège n°3 : les choix inexploités

Trop de managers développent, à la longue, une vision tunnel : ils sont tellement obnubilés par les exigences à court terme qu’ils en oublient les autres choix possibles. Dan Andersson, par exemple, middle manager de ConocoPillips, a dû trouver de toute urgence un réservoir de stockage pour conquérir le marché finlandais. Son équipe a trouvé un réservoir vieux mais inadapté. Le projet était sur le point de capoter quand Andersson a eu l’idée de construire un réservoir. Il a finalement réussi à convaincre le topmanagement, malgré un prix six fois plus élevé.

1.   Soyez conscient des différents choix possibles

Certains managers finissent par être aveuglés. Ils sont tellement imprégnés de la culture et de l’identité de l’entreprise qu’ils coulent leur façon d’agir et de réfléchir dans une sorte de moule. Contrairement à eux, Andersson ne perd jamais son objectif final de vue – dans ce cas-ci, casser le monopole pétrolier finlandais – au lieu de se focaliser exclusivement sur les questions budgétaires.

2.   Impliquez les acteurs importants dans vos choix

Les chercheurs ont également remarqué que les managers exceptionnels demandaient conseil à leurs supérieurs pour sonder les différentes possibilités. L’avantage est double : ils s’inspirent de leurs idées et les impliquent dans leur évaluation. Or, trop de managers évitent encore à tort les discussions franches et ouvertes avec leurs supérieurs directs.

3.   Développez vos connaissances

Un bon bagage cognitif est indispensable pour faire le bon choix. Les managers exceptionnels sont toujours disposés à améliorer leurs compétences générales et leur savoir-faire spécialisé. Ce qui explique pourquoi Andersson a réussi à convaincre sa direction à investir davantage : « J’étais le seul à connaitre les structures politiques et économiques de la région. Je savais tout ce que les concurrents avaient déjà fait pour conquérir le marché finlandais et surtout pourquoi cela n’avait pas marché. J’ai donc pu établir un businesscase convaincant et prouver que l’investissement pouvait être amorti en cinq ans. »

4.   Profitez de votre liberté d’action

Les auteurs ont demandé aux managers ce qui les distinguait du commun des mortels. Réponse : la liberté d’action – dans certaines limites évidemment. Ils semblent avoir un bias for action, une propension à agir. C’est là toute la différence, expliquent les chercheurs, entre un manager moyen – qui tombe dans un ou plusieurs des trois pièges décrits ci-dessus – et un manager exceptionnel.

Source : Bizz

0
  Article en rapport
  • No related posts found.

Ajouter un commentaire